Dernier jour, dernière heure ou presque…

Le printemps des aquarellistes 2010 de Morestel a fermé ses portes hier à 18 h 30. Ouf ! J’y  suis allée à temps et ai pu voir de très belles aquarelles de 7 aquarellistes Michel Montigné (invité d’honneur), Alain Bidault, Didier Brot, Robert Chalayer, Marie-Jeanne Fabry, Josette Marrel et Pascal Pihen. Jacques Rollet (pastel) et Nathalie Petit (sculpteur) étaient aussi représentés à  Picture Halles. La Tour médiévale accueillait  les aquarellistes chinois Wen ming Xin et Cao Bei An. J’ai rencontré aussi Cao Bei-An qui m’a présenté comme une de ses élèves et Alain Bidault, qui s’occupe du 22° salon de peinture au Sappey en Chartreuse (3 au 25 juillet 2010, salle de la Jacobine, galerie de Chartreuse).

Deux expos à Paris : « Turner et ses peintres », « Lucian Freud ».

Vraiment, l’exposition « Turner et ses peintres » au Grand Palais  vaut le coup : plus que quelques jours. il faut rester longtemps dans la dernière salle et même commencer par elle (moins de visiteurs). Turner au summum  de son art. Peut-être à cause de son expérience ou bien à la fin de sa vie, du fait qu’il voyait moins bien, ses dernières peintures, noyées de lumière, sont à la limite de l’abstrait


Lucian Freud au Centre Pompidou : peintre contemporain spécialiste du portrait et du nu (la chair).  Voici sa réflexion sur l’autoportrait.

«  La façon dont on se présente impose que l’on s’efforce de se peindre soi-même comme si l’on était une autre personne. Dans le cas de l’autoportrait la « ressemblance » devient quelque chose de différent. Je dois faire ce que je ressens sans être expressionniste. » LF

Beaucoup  moins de visiteurs que pour Turner, donc  on a tout  loisir de regarder. En outre, j’adore  le Centre Pompidou : j’aime beaucoup en vrac : l’architecture, l’escalier roulant, la vue sur Paris, le foisonnement d’expos, la place extérieure et ses manches à air, les passants et badauds, le quartier, la vie … Il y avait longtemps que je n’y étais  pas allée.

Une aquarelle (Paris vue de Beaubours 36 x 51) à partir de deux croquis et d’une photo.

Paris vu de Beaubourg

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.