Archive for the ‘personnages’ Category.

Je suis allée planter mon chevalet à Rhodes

Ceci est un résumé succinct et en aquarelles de mon voyage à Rhodes du 29 mai au 6 juin 2011.

 

Le Palais des Grands Maîtres

Mesurant 75m sur 80, le Palais des Grands Maîtres est un véritable château fort. Il est entouré d’un fossé et de remparts avec tours et donjons. Construit au XIVe s., il était la demeure du Grand Maître et, en temps de guerre, devenait forteresse. Sous l’occupation turque, il fut transformé en prison. Au XIXe s., le château subit coup sur coup deux catastrophes, en 1851, un tremblement de terre, et en 1856, l’explosion d’une poudrière (placée dans les sous-sols par les Turcs) qui le détruisirent presque totalement. Il fut reconstruit pendant l’occupation italienne (1912 à 1943),  avant la dernière guerre mondiale (1939) d’après des plans originaux miraculeusement conservés, pour servir de résidence d’été au roi Victor- Emmanuel III et à Mussolini.

 

Les remparts du Palais des grands Maîtres, Rhodes

La mosquée de Soliman

La mosquée fut érigée en l’honneur de Soliman le Magnifique,  après la prise de la ville en 1522 :  vaste dôme central  et petites coupoles latérales, minaret de 34 m de hauteur, crépis rose intense.

La mosquée Soliman et son minaret

 

Le musée archéologique, ancien hôpital des Chevaliers

Le rez-de-chaussée était occupé par des magasins. Un escalier conduit à l’étage où étaient groupés les services hospitaliers . Au milieu de la galerie, à gauche, en haut de l’escalier, s’ouvre la grande salle de l’hôpital qui pouvait contenir une centaine de lits.

La grande salle de l'hôpital

 

Les jardins derrière l’église de Ste Marie du Bourg

Jardin

Les environs de Rhodes

La plage d’Anthony Quinn

 

 

 

 

 

Les parasols


Lindos et la  baie de St Paul

La baie Saint Paul

Monolithos

coucher de soleil

 

 

Pinthos

Les deux épicières

En route vers Symi

Le port marchand de Rhodes

En route vers Symi

Le Japon en fleurs

Au Japon, la période des cerisiers en fleurs (Sakura ), symbole de beauté éphémère,  a sans doute commencé. Espérons que ces fleurs apporteront un peu de légèreté au pays.

Voici ce que m’a inspiré le projet de  la communauté Café Salé (« Tsunami : le projet »)   (aquarelles 30×45).

La foule

Mercredi 24 novembre à 19 h a eu lieu la remise des prix du concours des Hivernales (Au fil des Saisons  et Les amis des Arts de Voiron) à la Maison des Associations (Place de Stalingrad)  à Voiron  sur le thème « la foule » :   soixante œuvres parfaitement mises en valeur dans les salons  de la Maison des Associations (ancien hôtel de ville),  cinq prix remis à 3 peintres à l’huile, une aquarelliste et un sculpteur. Prix de la ville de Voiron à Brigitte Matteucci-Conte pour « La horde », prix du Conseil général à moi-même pour « Départ », prix de la Région à Yves Gusella pour « Marché à Mbour », prix des Amis des Arts à Pierre Génissieux pour « Transparence dans la cohue », prix au Fil des Saisons à Elisabeth Montreuil pour « L’Attente ».

Exposition ouverte jusqu’au 10 décembre.

La horde (Brigitte Matteucci-Conte)

Départ (aquarelle Annie Trégourès)

Marché à Mbour (huile Yves Gusella)

Transparence dans la cohue (sculpture Pierre Genissieux)

L'Attente (huile Elisabeth Montreuil)

La passion de l’eau et de la terre

Le potier

La potière

Ces deux potiers en pleine action (aquarelles d’après photos, dimensions 24 x 32) me racontent ma première passion : la poterie.

E. me rappelait,  il y a quelques jours, notre aventure commune concernant la cuisson de nos pots, préalablement tournés dans l’atelier de la MJC dont nous faisions partie, la cuisson à la bouse de vache :  ramassage en fin de saison dans les alpages du Charmant Som, transport dans nos 2 CV, cuisson des pots dans un four improvisé en pleine nature, grande fête avec tous les copains et résultats aléatoires. J’ai encore en ma possession l’une de ces poteries d’une belle couleur noir bleutée, là où la flamme l’a touchée.

Marchés

J’admire beaucoup Yves Pothier,  qui depuis plus de 4 mois, peint les rues et ruelles, montées, passages, monuments, fontaines, ponts… de Lyon. Je n’ai pas cette capacité et ce n’est que quand je suis dans mes chères montagnes du Queyras  que je suis capable de ce genre d’exploit. Actuellement où je ne peins qu’en atelier, j’ai réalisé deux aquarelles (dimensions 24 x 32) d’un marché à partir d’une photo de Jean-Paul , l’une avant mon stage avec Marc Folly, l’autre après. Je trouve la dernière  aquarelle (celle de droite) plutôt pagailleuse, (je ne dois pas avoir encore tout intégré de ces deux journées de stage), mais assez intéressante par ces clairs-obscurs très représentatifs de l’ombre d’un parasol en début d’hiver.

Le sujet commun et « Sad Face /Happy Face »

Rien à voir entre le sujet commun et Sad Face/Happy Face ?  Et bien si, la danse.

La MC2 de Grenoble proposait samedi 20 mars  l’intégrale de la trilogie Sad Face / Happy Face du Flamand Jan Lauwers comprenant La Chambre d’Isabella, Le Bazard du Homard, et La Maison des Cerfs. Je n’aurais pas cru tenir les 7 heures du spectacle (15 h – 22h), même entrecoupées de 2 entr’actes de 30 minutes mais j’ai tenu et le public a ovationné la trilogie, mélange de danse, de théâtre et de musique, Jan Lauwers et sa troupe. Je pensais pouvoir faire des croquis pendant le spectacle mais la salle était comble, donc pas de place pour griffonner  donc pas de croquis, à part celui de mes voisins lors du deuxième entracte .

Une fois par trimestre, notre association propose un sujet commun. Ce trimestre-ci, le thème en était soit la danse, soit la création d’une œuvre à partir d’une photo de barques. Les peintres ont ovationné le thème de la danse puisque les ¾ des peintres l’ont choisi.  Comme je ne savais pas choisir, j’avais fait, comme beaucoup, les deux sujets, les barques  et la danse.  En voici mes interprétations. Aquarelle « les barques » (40 x 30)

Aquarelle « la danse » (50 x 40)

Une journée avec…

Je viens de passer, dans le cadre de notre association et  avec 12 autres aquarellistes, une journée avec Marie-Paule Roc, aquarelliste régionale bien connue des Grenoblois de par ses aquarelles, ses livres (Promenades en Dauphiné, Aquarelles sur le tour du Mont Blanc, Mes vieux villages des Alpes en aquarelles…), ses vidéos et son enseignement. J’étais d’autant plus intéressée par cette journée que je peins régulièrement en montagne. J’ai ainsi appris que les rochers devaient être peints de couleur lumineuse aussi bien au soleil qu’à l’ombre et que l’ombre devait être placée d’un seul coup et à la fin à la fois sur les rochers et sur la neige (aquarelle du Mont Blanc). Quatre sujets furent abordés, le Mont Blanc, la chapelle sur fond de montagne dans la vallée de la Clarée, les arbres se reflétant dans l’eau et les chalets dans la clairière. Pour une raison inconnue, les modèles apparaissent ici en un ordre contraire à celui abordé pendant la journée de stage.

En voici les résultats collectifs ainsi que  mes résultats

Stage de portrait – modèle vivant

\

Michel B. (aquarelle papier Canson Montval 32,5 x 25)

C’est la quatrième fois que je fais un stage de portrait – modèle vivant avec Michel Bernard, peintre offciel de la Marine. Cette fois-ci je m’en suis mieux tirée sans doute parce que je dessine beaucoup plus juste et qu’ un portrait à l’aquarelle c’est plus que 50 % de dessin et que j’ai enfin compris que les ombres sur un visage ou sur un corps sont des couleurs chaudes.

Voici quelques unes des aquarelles (papier Canson Montval 25 x32,5) effectuées pendant ce stage de 5 jours ainsi qu’une aquarelle de Michel Bernard posant comme modèle pendant  les quelques minutes de repos l’avant dernier jour.

 

 

La fête

\

Aquarelle sur papier Dalbe 26 x 36 cm

L’objectif de cette aquarelle, effectuée à partir d’une photo, est de peindre le mouvement des danseurs.

La référence bibliographique du mouvement en aquarelle est le livre de Douglas Lew « Capturing motion in watercolor » (Watson-Guptill Publications/New-York, 1987) ce poste. Beaucoup de dessins préliminaires, des techniques particulières expliquées et démontrées pas à pas (exercice de la calligraphie, apprentissage des flous, des contours nets ou estompé, abstraction,  effets de traînées) sont  les secrets de la peinture du mouvement livrés par Douglas Lew aux artistes amateurs et aux illustrateurs.