Connaître ses pigments : introduction, remarques, références

 

[singlepic=250,320,240,,center]

Que l’on travaille avec des pigments en godets ou en tube, il est utile de savoir déchiffrer ce qui est inscrit sur l’enveloppe ou le tube. Prenons le cas des tubes avec lesquels je travaille. Si la vraie composition chimique est difficile à trouver (sécurité industrielle), on peut avoir une idée sur le mélange contenu dans chaque tube de pigment en déchiffrant les codes inscrits sur le tube : Colour Index, nom du fabricant, composition chimique…

Bruce Mc Evoy passe en revue 750 pigments commerciaux et dresse un tableau de leurs caractéristiques. A partir de ces données et du livre de Moira Clinch et David Webb (Aquarelle, plus de 2700 mélange, Editions Eyrolles 2006) qui malheureusement ne donne pas la marque des pigments utilisés et chacun sait que la couleur dépend et du fabricant et du lot de fabrication, j’ai essayé de dresser un tableau des caractéristiques des pigments que j’utilise régulièrement ou de temps en temps. Les tableaux donnés par Bruce McEvoy sont plus complets que les miens car il fait référence aux paramètres de l’espace CIELAB qui permettent de définir une couleur. Ces paramètres sont très utiles pour les spécialistes de la colorimétrie. Sont aussi donnés, ce qui est intéressant, mais que je n’ai pas repris, la façon dont se comporte le pigment quand on réhumidifie la feuille et sa diffusion en technique humide sur humide.

Les caractéristiques que j’ai reprises sont :

  • La transparence Tr : échelle de 0 à 4 (0 très opaque à 4 transparent),
  • Le pouvoir teintant St : échelle de 0 à 4 (4 fortement teintant, teinte indélébile du papier,3 teinte difficile à enlever, 2 teinte significative du papier, 1 teinte légère, 0 aucune tâche, le pigment part complètement.)
  • L’intervalle de valeurs Vr : échelle de 0 à 100
  • La tendance à la granulation Gr : échelle de 0 à 4 (0 : liquide, 4 granulation)
  • La tenue à la lumière LF : 1 très fugitif à 8 très photorésistant

paramètres que je trouve indispensables.

Pour chaque pigment (ceux de ma palette ordinaire sont surlignés en jaune) sont donnés en outre le « Colour Index international », la composition chimique, le nom du fabricant et le code du fabricant.

Colour Index International

Le « Colour Index » est un type de nomenclature internationale permettant d identifier les couleurs. Le nom se compose des éléments suivants:

  1. la catégorie et le type de colorant ou de pigment : P pour pigment
  2. la couleur : R pour red (rouges mais aussi roses, certains pourpres et marrons), B pour blue (bleus, turquoises), O pour oranges (mais aussi jaunes orangés, Y pour yellow (jaunes et jaunes orangés), V pour violet mais aussi bleu violet et certains roses, W pour white (blanc), G pour green (vert mais aussi jaunes verdâtres ainsi que certains turquoises), Br pour brown (bruns mais aussi certains jaunes), Bk pour black (noirs et certains gris),
  3. le numéro attribué qui permet d’identifier la substance chimique.

Caractéristiques des pigments en fonction de leurs couleurs

Neuf tableaux :

Tableau 1 : les pigments rouges PR

Tableau 2 : les pigments violets PV

Tableau 3 : les pigments jaunes PY

Tableau 4 : les pigments brunsPBr

Tableau 5 : les pigments bleus PB

Tableau 6 : les pigments orange PO

Tableau 7 : les pigments verts PG

Tableau 8 : les pigments noirs PBk

Tableau 9 : les pigments blancs PW

Dans la suite, sont repris les neuf tableaux un peu dans le désordre.

Remarques particulières

 

Un petit groupe de 17 colorants diazo dont les teintes disponibles correspondent à du jaune (PY93, PY95, PY128, PY166), de l’orange (PO31), du rouge (PR144, PR166, PR214, PR220, PR221, PR242, PR248, PR262), et du brun (PBr23, PBr41, PBr42) sont semi transparents, très teintants et en général très photorésistants.

 

Les oxydes synthétiques de fer ont comme nomenclature PBr6 pour le brun synthétique, PR101 pour le rouge synthétique et PY42 pour le jaune.

Les terres ont pour nomenclature PBr7 que ce soit pour la terre de sienne brûlée, la terre d’ombre brûlée, la terre d’ombre…

Références

Pour écrire cet article, je me suis appuyée sur les sites Internet suivants et le livre de Moira CLINCH et David WEBB (Aquarelle, plus de 2700 mélanges , Eyrolles éditions 2006).

http://www.handprint.com/HP/WCL/waterfs.html

http://www.winsornewton.com/products.aspx?PageID=160

http://www.rexart.com/colorindex.html

http://pagesperso-orange.fr/aquasite/fiches/nuancier.htm

 

3 Comments

  1. nathalie dit :

    Handprindt est un incontournable…

  2. crash bandicoot n. sane trilogy skidrow

    aquarelle en liberté

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.