Archive for the ‘Non classé’ Category.

Sortie avec l’atelier du portail

Etant donné le beau-temps ambiant, l’atelier aquarelle de l’atelier du portail (05600 Guillestre) s’est mis au vert sur le plateau de Simoust. Plateau très célèbre car c’est la  promenade préférée des habitants de Guillestre, toujours ensoleillé quelque soit la saison. De plus c’est l’aboutissement de la rue des Masques très empruntée par les randonneurs et maintenant par les grimpeurs. La rue des masques débute dans un canyon creusé par le Guil et circule entre le fort de Montdauphin et le plateau de Simoust.

Dès le début, les bâtiments d’une ferme  se découpant sur un fond très vert attirèrent mon regard. Ces bâtiments étaient précédés d’un côté  d’un champ juste labouré et de l’autre par un champ de luzerne. Le tout très ensoleillé. Je fis un rapide croquis et me mit à l’ombre. Ce n’est qu’à la fin que je me rendis compte de l’erreur de perspective. Ce qui fait que la ferme a l’air d’être au bord de la falaise et non en-dessous des champs. Si j’avais fait cette aquarelle en étant en face, c’est à dire de l’autre côté du canyon, à Montdauphin ou à Eygliers, par exemple, cela serait parfaitement juste.

Ferme du plateau de Simoust (30 x 40)

 

Peindre au pays des Ecrins

C’est ce qu’ont fait quatre artistes.  Un néo-zélandais David BARKER, deux français Jean CHEVALLIER et Denis CLAVREUL et un australien Robin D’ARCY SHILLCOCK ont été les invités du Parc National des Ecrins afin de traduire leur vision personnelle de ce massif. Il en sorti un livre « Le Parc National des Ecrins, regards d’artistes » Editions Equinoxe 2007, livre écrit et illustré par les quatre artistes et préfacé par Robin D’ARCY SHILLCOCK .

le parc national des ecrins

C’est ainsi que j’ai apprécié le travail de Robin D’ARCY SHILLCOCK (Robin par la suite) et plus spécifiquement  « Nuit, le Périer » (2002, technique mixte) et « Automne, en forêt de Valsenestre« , (2002, technique mixte). Ce n’est pas si facile que cela de faire des oeuvres très foncées, voisinant avec le noir et tous les dégradées de noir. Ces deux oeuvres furent l’occasion d’un échange nourri avec Patrick Jager, peintre voyageur , lors d’une de mes visites à son atelier. C’est pour ces raisons, que   quand l’occasion me fut donnée de faire un stage d’aqaurelle avec Robin  au pays des Ecrins, je n’ai pas hésité.

Une vingtaine de personnes, (dont  deux bons tiers étaient des résidents des Hautes-Alpes ou de l’Isère, mes deux pays de prédilection), stagiaires et accompagnants, était réunie devant le magasin Carrefour de l’Argentière – La Bessée le lundi 25 août au matin. Si le beau temps ne fut pas toujours au rendez-vous, mais grâce à JB, nous pûmes portraiter au sec, ce fut quand-même deux à trois aquarelles et pastels par jour et par participant qui furent faits et qui pour la plupart furent exposés au Château St Jean à l’Argentière à la fin du stage, soit samedi 30 et dimanche 31 août.

Grâce à JB, nous randonnâmes dans la vallée de la Vallouise, randonnée étant un bien grand mot, nous n’étions au maximum qu’à 10 minutes des voitures et pûmes peindre des lieux aussi enchanteurs que la combe de Narreyroux , ses chalets d’alpage, ses torrents et cascades, la vallée du Chambran au point de départ du lac de l’Eychauda. Robin étant aussi un peintre animalier, nous tentâmes de peindre des ânes à Ubac et eûmes plus de chances à St Martin de Queyrières avec les gallinacées. Pour finir Montauphin, sa forteresse Vauban, les vues sur le Guil, la vallée de la Durance et le Pelvoux.

De la quinzaine d’aquarelles que je fis, j’en retiens trois qui d’après moi étaient plutôt ratées mais qui à la réflexion faite, ne le sont pas tant que cela. D’ailleurs Robin en exposa deux. Grâce à ses conseils, j’ai pu comprendre comment on peut texturer un premier plan. Grand pas en avant pour moi.

L'argentière 2           l'horloge

Narreyroux

Expositions estivales

 le pont vieux

J’expose cet été dans les Hautes-Alpes :

– au casino de Briançon, deux aquarelles,

– et à l’atelier du Portail à Guillestre (05600) quatre aquarelles

Invitation au vernissage

 

43 ième sketchcrawl de l’équipe grenobloise à Réaumont et Renage

Contre-jour : les fermes de réaumont

Contre-jour : les fermes de réaumont

la Grande fabrique et la Füre

la Grande fabrique et la Füre

Réaumont, la maison aux glycines

Réaumont, la maison aux glycines

Une croqueuse

Une croqueuse

Pour reprendre les termes de Christine : « pour réussir une journée croquis il faut être motivé pour dessiner en frissonnant… » En fait ce fut un vrai temps de  semaine sainte, gris et frais à souhait. Les 19 croqueurs partis de Réaumont (qui possède le plus viel arbre de France – un tilleul planté en 1390 – encore bien vert, de belles maisons, de belles fermes et même un chateau) se sont dirigés ensuite vers la ferme aux lamas et alpaga, ont mangé rapidement dans un pré un peu trop ventilé, ont croqué les lamas et pour finir  ont visité à  Renage  la très belle  exposition de sculptures et dessins dans la chapelle de la Grande Fabrique le long de la Füre. Voici mes croquis aquarellés : j’ai zappé le chateau, le tilleul, la chapelle…et me suis plus concentrée sur les maisons, les gens, les animaux…

les enfants et les lamas

les enfants et les lamas

Les oies de Réaumont

Les oies de Réaumont

Le dessin, la nouvelle photo ?

C’est le titre de l’article paru dans Obsession  (Le Nouvel Observateur) «C’est la nouvelle manie du moment : tout le monde s’y met», décrypte Julien Guerrier, éditeur chez Vuitton  de quatre carnets de voyage illustrés par des artistes aussi différents que l’auteur de mangas Jiro Taniguchi ou le coloriste italien Lorenzo Mattotti.

Il faut lire, ce dont ne parle pas Obsession dans son article : « Carnets de voyage, l’art du croquis urbain. dessiner le monde de ville en ville » de Gabriel Campanorio (Editions Eyrolles). Best-seller en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, cet ouvrage a trois objectifs : permettre à chacun de devenir un dessinateur urbain, voir le monde en dessin et trouver l’inspiration. Dans ce livre de 500 instantanés de dessinateurs urbains  parcourant  près de 50 villes de 30 pays, on découvre les toits de Paris, les habitants de Saint-Domingue ou les zones industrielles de Stuttgart, représentatifs de la diversité des cultures, des gens, des paysages mais aussi des styles artistiques. A mi-chemin entre le manuel de croquis du globe-trotter , ce livre  donne envie de voyager mais surtout de participer à ce carnet de voyage mondial. Les apprentis croqueurs comme les plus confirmés sont invités à poster leurs œuvres et à rejoindre ce mouvement mondial.

CroquisUrbain_C1

Tout se suite un cas pratique, la 42 ième édition du  sketchcrawl a lieu samedi 25 janvier. Pour  Grenoble, elle  se déroulera  au musée archéologique de Grenoble. Alors rendez vous à 10 h 30 devant l’entrée avec vos crayons, stylos, craies,  pinceaux, carnet de croquis, tabourets…. et votre bonne humeur!!!
42 sketchcrawl

Je suis allée planter mon chevalet à Rhodes

Ceci est un résumé succinct et en aquarelles de mon voyage à Rhodes du 29 mai au 6 juin 2011.

 

Le Palais des Grands Maîtres

Mesurant 75m sur 80, le Palais des Grands Maîtres est un véritable château fort. Il est entouré d’un fossé et de remparts avec tours et donjons. Construit au XIVe s., il était la demeure du Grand Maître et, en temps de guerre, devenait forteresse. Sous l’occupation turque, il fut transformé en prison. Au XIXe s., le château subit coup sur coup deux catastrophes, en 1851, un tremblement de terre, et en 1856, l’explosion d’une poudrière (placée dans les sous-sols par les Turcs) qui le détruisirent presque totalement. Il fut reconstruit pendant l’occupation italienne (1912 à 1943),  avant la dernière guerre mondiale (1939) d’après des plans originaux miraculeusement conservés, pour servir de résidence d’été au roi Victor- Emmanuel III et à Mussolini.

 

Les remparts du Palais des grands Maîtres, Rhodes

La mosquée de Soliman

La mosquée fut érigée en l’honneur de Soliman le Magnifique,  après la prise de la ville en 1522 :  vaste dôme central  et petites coupoles latérales, minaret de 34 m de hauteur, crépis rose intense.

La mosquée Soliman et son minaret

 

Le musée archéologique, ancien hôpital des Chevaliers

Le rez-de-chaussée était occupé par des magasins. Un escalier conduit à l’étage où étaient groupés les services hospitaliers . Au milieu de la galerie, à gauche, en haut de l’escalier, s’ouvre la grande salle de l’hôpital qui pouvait contenir une centaine de lits.

La grande salle de l'hôpital

 

Les jardins derrière l’église de Ste Marie du Bourg

Jardin

Les environs de Rhodes

La plage d’Anthony Quinn

 

 

 

 

 

Les parasols


Lindos et la  baie de St Paul

La baie Saint Paul

Monolithos

coucher de soleil

 

 

Pinthos

Les deux épicières

En route vers Symi

Le port marchand de Rhodes

En route vers Symi

Aquarelle sur toile de coton

Minoo Sternamm nous a initié, dans le cadre de notre association, à la peinture sur toile. Ce n’est pas très différent de la peinture sur papier. On peint sur une toile très mouillée (intérieure et extérieure) préalablement tendue et l’on monte en valeur en même temps que la toile sèche. On peut ouvrir des blancs avec facilité et on peut laver totalement sous le robinet si l’on n’est pas content du résultat.

Support toile très mouillé

J’ai réalisé une aquarelle sur toile et aussi sur le même thème (fleurs) une aquarelle sur papier. Les couleurs ne sont pas tout à fait identiques mais on peut comparer quand même les deux techniques.

Aquarelle sur toile (30 x 40)

Je dirai que je préfère, pour une aquarelle de taille moyenne, le papier car les couleurs sont plus franches et fusent sur un papier mouillé donnant des mélanges de couleurs intéressants, mais les avantages de peindre sur toile ne sont pas négligeables :  ouverture des blancs facile, lavage sans problème, légèreté du support une fois l’aquarelle terminée (pas de verre de protection mais un vernis du  type de celui utilisé par les peintres à l’huile), possibilité de faire de grandes aquarelles sans avoir le problème du poids et de la conservation dans le temps du support.

Aquarelle sur papier coton (30 x 40)

Japon

Je ne connais la côte Est du Japon que par les photos du site HiCaLi.NeT.

Crédit photo : HiCaLi.NeT

J’ai failli y aller l’an dernier, cela ne s’est pas fait. Je  connais un peu le Japon car j’y ai séjourné en mars 2006. Je sais que j’y avais eu très froid et qu’au lieu des cerisiers en fleurs, c’étaient des flocons de neige. J’avais été impressionnée par la construction des maisons dans ce pays sismique (aucune ne se touche), par le fait que les portes des buffets étaient attachées car en cas de séisme… (en moyenne un par mois), par la discipline des Japonais en file indienne pour attendre un bus, dans le métro, les trains…..,   par la sûreté de ce pays, ce qui fait qu’une évacuation ne pose pas de problème car les Japonais sont certains de retrouver leurs domiciles en état (pas de vols, ni de dégradations), ce qui à contrario en fait des proies faciles dans nos pays occidentaux. Je suis impressionnée par leur stoïcisme devant les événements : on rentre à pied chez soi même s’il faut faire des km, on ne fait pas du catastrophisme comme en France….  J’ai bien peur qu’on oublie sur nos chaînes françaises  les survivants du tsunami qui manquent de tout : eau potable, nourriture, gaz, électricité, essence, chauffage, médicaments  (et qui vont sans doute bientôt mourir de faim s’ils ne sont pas secourus rapidement) au profit du très médiatique et possible plus grand désastre nucléaire civil.

On peut voir les aquarelles de mon carnet de voyage sur BLOGOLISTE aquarelle en liberté, rubrique « carnets de voyages ».

Lâchers de peintres, journées des peintres, marchés aux peintres

C’est la saison

Le 12 juin 2010,

  • l’office du Tourisme du Valbonnais organise cette année son troisième lâcher de peintres. Renseignements 04 76 30 25 26, ot.valbonnais@wanadoo.fr.
  • Le même jour, à Saint Jean de Vaulx, troisième édition (Concours peintres en liberté, Foyer de Saint Jean de Vaulx 38200 Saint Jean de Vaulx, renseignements 04 76 73 13 89, demander Hélène, Courriel jaunepastel@yahoo.fr).

Le 26 juin 2010,

  • LA PALETTE CREMOLANE vous invite à venir exposer dans la halle et à participer à son concours (Concours ouvert à tous enfants et adultes -Peintures Sculptures et dessins)

Le 27 juin 2010,

  • marché de peintres et sculpteurs de Voiron et lâchers de peintres.
  • le même jour, marché de peintres à St Martin d’Uriage.

Le 25 juillet 2010 à Morestel

Pour plus d’infos http://artistblog.aliceblogs.fr/blog.

C’est l’hiver

C’est l’hiver depuis un jour et pourtant, curieusement, le temps s’est radouci. La semaine dernière les températures frôlaient les -15°C en montagne et il ne faisait pas bon peindre dehors.

Ci-joint deux paysages représentatives de  » mon village  » et de « ma montagne », aquarelles (dimensions 21 x 30) peintes, si l’on peut dire, sur le motif,  la vitre de la fenêtre me séparant du froid ambiant, le premier par temps à la neige, le deuxième, un jour plus tôt,  par temps ensoleillé.